Le bridge selon Huguette Dufour et Vital St-Gelais

Madame Huguette Dufour et Monsieur Vital St-Gelais, Bonjour.
- Bonjour
Félicitations! Vous avez remporté un championnat important. Combien de pays y participaient?
- 32 pays
La séance s'est déroulée le 4 juin dernier, je crois. Les joueurs des 32 pays ont joué les mêmes jeux?
-Oui, au bridge les mains sont duplicatées, c'est-à-dire que tous (environ 9,600 joueurs) ont joué les mêmes jeux. Ce tournoi se joue une fois par année (paires mondiales). Nous sommes donc comparés à des milliers de joueurs.
Vous êtes premiers au Canada?
-Oui, nous tenons à souligner que parmi les 10 premières paires au Canada (524 au total) deux autres paires de notre club à Chicoutimi se sont classées, soit la paire Florence Munger - Louise Fortin et la paire Pascale Gaudreault - Jean-François Boucher. Dans la région, le bridge est en santé.
Vous êtes aussi premiers en Amérique?
-Oui, et au niveau international, nous sommes troisième. Une équipe italienne et une équipe allemande sont devant nous.
Encore félicitations! C'est une belle occasion pour parler bridge avec vous.
Comment définiriez-vous le bridge?
- C'est un JEU. C'est une « SCIENCE » C'est un « ART ». C'est un jeu intelligent et fascinant. Une fascination de l'esprit. Un jeu qui permet une gymnastique intellectuelle. Un jeu qui tient l'intelligence en éveil et en acuité.
En quoi est-ce un jeu scientifique?
-Scientifique, mais pas au sens strict. Le bridge n'est pas une science exacte. Il est basé sur des probabilités. Pour jouer, on a besoin des fonctions utilisées dans les sciences: l'observation, l'attention, la vigilance, la discipline, l'écoute, la concentration, la réflexion, la logique, l'esprit de synthèse, l'hypothèse, le jugement, l'analyse, la déduction, la prise de décision... Les COLOMBO (détectives) font de meilleurs joueurs que les DON QUICHOTTE (rêveurs). De nombreuses fonctions mentales sont sollicitées.
Et que dire du bridge comme « ART »?
-Il faut appliquer l'art de compter, de la déduction et de la stratégie. Les adversaires (les vilains) ont eux aussi leurs stratégies et ils veulent contrecarrer nos plans. Il faut de l'astuce, de l'audace. L'intuition! Au secours! Il faut parfois « bluffer ». Quel manque de noblesse! Aux plus forts la meilleure stratégie.
Chaque main jouée est un défi?
- Oui, nous devons découvrir les 40 points. Nous devons découvrir les distributions: les 13 cartes dans les 4 couleurs. Il faut résoudre l'énigme qui varie à chaque main. Nous avons un obstacle à vaincre... un défi lancé à notre intelligence.
Quels sont les objectifs des gens qui jouent au bridge?
-Cela diffère d'une personne à l'autre. Certains jouent pour leur seul plaisir. Un plaisir gratuit et gratifiant. Ils savourent la fascination de découvrir le défi que chaque main soulève. Certains prennent ce jeu comme un passe-temps simplement. Oui, adieu l'ennui et la solitude. D'autres jouent pour rencontrer des amis. C'est comme un club social. On partage, on rit, on s'amuse, on fraternise. Comme dirait Madame Rachel Laprise: «Le bridge c'est bon pour la mémoire, la logique et surtout pour l'amitié ».
Est-ce bon pour les fonctions cérébrales?
-Certainement. Un ami neurologue dit: « Le bridge est pour l'esprit ce que l'activité physique est pour le corps ». La sédentarité mentale est nuisible autant que la sédentarité physique. Mon ami ajoutait que cette gymnastique est un bon moyen de prévenir les maladies du cerveau. Oui, c'est la pratique d'un sport cérébral électrisant. Nous devons stimuler nos fonctions cérébrales. Nous aimons défier la logique, prendre des décisions, être créatifs, exploiter nos ressources cérébrales. Wake up nos cerveaux! Le jeu donne de la vie, du mouvement, de la vivacité mentale. C'est une autre motivation qui nous incite à jouer.
Vous jouez au bridge avec un partenaire?
-Oui, et c'est là une difficulté à la fois et un autre défi. Choisir ou trouver le bon partenaire! Il existe une boutade: « Il est plus difficile de rencontrer un vrai partenaire au bridge que de trouver un partenaire pour le mariage ». Il faut une excellente communication avec le partenaire. Bridge en anglais le dit bien: c'est le pont. On joue à deux. Comment se rejoindre au bout du pont? S'entendre sur les conventions, les enchères, les signaux. C'est une profonde complicité. C'est l'opportunité de coopérer vraiment. Une communication réussie est comme une danse intellectuelle... à savourer. Apprendre à coopérer est aussi un objectif et un défi.
Donc, vous êtes heureux de cette activité récréative et stimulante à la fois?
-Oui, et plus encore. On peut jouer au bridge en appliquant la philosophie Zen. La sagesse Zen nous montre que tout ce que l'on fait est une occasion pour mieux me connaître. Et mieux me connaître va m'aider grandement à mieux jouer. Ce jeu est une formidable mise en scène du jeu de la vie. C'est un outil d'apprentissage. Il peut représenter une analogie de la vie et nous donner des leçons. C'est une opportunité de transformation. Ce jeu réveille un cocktail d'émotions: peur, frustrations, colère, stress, manque de confiance, etc. Ce jeu peut amener: souffrances, insatisfactions, déceptions, conflits, gonflement de l'ego, blâme, confusion, etc. Comment gérer tout cela? Nous avons vécu une session de 4 jours appelée bridge et croissance personnelle. Comment gérer les distracteurs, les irritants, les saboteurs... merveilleux! C'est une belle opportunité de gérer tout cela.
C'est un jeu qui demande beaucoup de maîtrise?
-Oui, la maîtrise à plusieurs niveaux:
-maîtrise de la technique du jeu (d'excellents livres existent pour la technique);
-maîtrise des 3 principales compétences: les enchères, la défense et le jeu de la main;
-maîtrise du partnership (relation avec notre partenaire);
-maîtrise du respect des adversaires;
-maîtrise encore plus importante, celle de soi.
Maîtrise, croissance, conscience. Parlons-en encore un peu. Le jeu est facile quand on est en Paix, en Harmonie, avec une position émotionnelle équilibrée. Maîtriser nos paroles, nos mimiques, nos humeurs, nos émotions, nos comportements, nos réactions. C'est un long processus. Les traits de caractère refont parfois surface. La maîtrise du jeu extérieur est une conséquence de la maîtrise du jeu intérieur. Pendant que je joue, j'aime être à l'écoute de mes pensées, de mes émotions, de mes dialogues intérieurs. Pour moi, la vraie maîtrise est là. Quand je maîtrise l'intérieur, tout le reste va. La victoire n'est pas de vaincre les adversaires. La vraie victoire est celle remportée sur soi. Pour atteindre la maîtrise de soi, le bridge devient une voie d'une grande subtilité et d'une grande beauté.
De toute évidence, vous aimez beaucoup ce jeu riche à plusieurs niveaux?
- Oui, nous aimons jouer un bridge intéressé, créatif, chaleureux, intelligent... Nous aimons polir notre jeu et le raffiner. Nous aimons apprendre des autres joueurs (merci à tous les maîtres qui nous ont appris, en particulier à Madame Solange Bouchard). Nous aimons rivaliser avec les meilleurs. Nous aimons appliquer l'action juste (L'action juste appliquée au bridge est à la base de toute la philosophie de Bouddha). Nous donnons aussi une session pour appliquer l'action juste.
Vous êtes deux professeurs à la retraite? Vous enseignez le bridge?
-Oui, l'enseignement est la meilleure façon de l'apprendre. Huguette l'enseigne beaucoup plus que moi. Vital est plus intéressé à la croissance et la maîtrise. C'est que j'en ai plus besoin ... (rires)
Que diriez-vous à des débutants?
-Il existe de bonnes sessions de cours. Il existe de bons livres. Au début, c'est de participer qui est important. Il ne faut pas trop se préoccuper des résultats. Persévère, sois patient. Il n'y a pas de succès magiques. Il faut fournir des efforts. Sois présent à la main qui se joue. Attention! Vigilance! Compte toujours. Mets en action ton potentiel. Sois heureux en jouant.
Une débutante a fait 12 erreurs en jouant une séance (26 mains). Elle me demande : « Que dois-je faire? C'est épouvantable! » Je lui réplique : « Non, c'est magnifique! Tu as l'occasion d'apprendre 12 nouveaux points. » Oui, celui qui apprend de ses erreurs (et ne les répète plus) progresse très vite.
Nous pourrions leur dire encore : Compte! Joue avec un maître! Observe ce que font les maîtres et fais-le! Compte encore! Compte toujours.
Félicitations encore! Merci de mieux nous faire connaître ce jeu.
-Oui, merci à vous. Nous sommes très fiers d'appartenir à cette famille soudée qui nous permet d'expérimenter ensemble un jeu plein de noblesse. Nous partageons nos succès avec vous tous, amis bridgeurs.